Accueil | Introduction au projet | Consulter le projet | Contacts

 

Les Illuminaires de la Butte

 

Introduction

 

 

MONTMARTRE, terre des arts...

 


Montmartre n'est pas qu'un quar tier de Paris. C'est un village, un esprit et une fierté populaires. On est de Montmartre ou on ne l'est pas.
On peut être montmartrois de coeur ou de passage. Chaque année, près de 10 millions de touristes viennent toucher du doigt cette identité en découvrant ses lieux d'accueil. Ils viennent aussi tendre l'oreille pour saisir au vol un des secrets de la Butte.

C'est que Montmartre est bavarde. De son passé, la Butte laisse échapper en un incessant brouhaha les murmures de ceux qui ont fait sa légende. Ecrivains comme Alphonse Allais, Aristide Bruant, Guillaume Apollinaire, Francis Carco, Robert Desnos, Roland Dorgelès, Max Jacob, Pierre Mac Orlan, Gérard de Nerval, ou encore Pierre Souvestre et Marcel Allain, venus créer leur Fantômas au Lapin Agile... Peintres, comme Auguste Renoir, Paul Cézanne, Maurice Utrillo, Henri de Toulouse Lautrec, Vincent et Théo Van Gogh, Pablo Picasso ou encore Amedeo Modigliani.. . Compositeurs, comme Erik Satie, cinéastes comme Marcel Carné ou Jean Renoir, musiciens et chanteurs comme Dalida... Ou encore chansonniers et paroliers, hérauts d'un ''Paname'' populaire.

 

A l'aube du 20e siècle, le cubisme y a pratiquement poussé son premier cri, le fauvisme et le futurisme, ses contemporains, y ont grandi. Un peu avant, les impressionnistes s'étaient entichés de l'esprit de la Butte comme le firent, dans l'entre deux guerres, les surréalistes. En dominant les toits de Paris, les artistes ont semblé élever leur créativité. Créativité quelque peu assoupie, durant quelques décennies, Montmartre s'étant entichée de son passé. Dans la foulée du
Fabuleux destin d'Amélie Poulain, un élan nouveau a secoué Montmartre.
Un élan que les Îlluminaires de la Butte© ont l'ambition de nourrir.

 


... et des Apaches

 


C'est ici aussi, en parallèle de cette élévation artistique, que la pègre parisienne trouva refuge et terrain d'expression.
Montmartre fut longtemps la ''belle'' des c lans marseillais et Corses et le théâtre des règlements de compte, le piedàterre des maquereaux les plus célèbres, les Rocheuses des Apaches, confrérie du crime baptisée dans le sang de ses victimes.

 

Lieu de création, bassin populaire et donc cité du crime d'autr efois, Montmartre constitue à elle seule un uni vers à part, hors du temps, hors des conventions, hors du commun.

 

Et, c'est dans ce Montmartre précisément, sur la Place RolandDorgelès, au coeur du circuit touristique qu'empruntent chaque année 10 millions de visiteurs, que Laurence Drocourt, Aurélie Foutel et Daniel Boulogne vont laisser leur création s'exprimer : les Îlluminaires de la Butte©.

 

 

 


Daniel Boulogne

 


Daniel Boulogne est le promoteur des Îlluminaires de la Butte©. Mécène et ''entrepreneur d'art'', cet enfant du pied de la Butte a déjà , parmi ses nombreuses oeuvres de mécénat, créé l'événement à Montmartre. Sous son impulsion, naissait ''le Mur des je t'aime'' en 2000 , place des Abbesses, dans le square JehanRictus.

 

Un message d'amour universel, deux millénaires précisément après la mort de JésusChrist. Dans toutes les langues du monde, l'expression ''je t'aime'' est écrite sur des pavés de lave émaillée, formant une fresque de 40 mètres carrés.

 

Cette création a séduit les touristes du monde entier . Confident des déclarations les plus enflammées, témoin du bonheur des badauds, garant des promesses d'éternité, le ''Mur des je t'aime'' est aujour d'hui référencé par de nombreux guides touristiques. Internet regorge de citations, dans les pages françaises mais également américaines, italiennes, russes,
japonaises, chinoises...

 

Le ''Mur des je t'aime'' a ég alement inspiré ses voisins. Tout près, Au pain d'antan, la boulangerie pâtisserie qui jouxte la place, est né le gâteau au chocolat des Je t'aime. Un coeur à croquer, témoin de l'attachement des riverains à leur mur.

 

Estimé et reconnu à Montmartre pour le respect et l'amour qu'il a pour ce village, Daniel Boulogne a su recueillir l'adhésion des associations du quartier, l'ADAC et ''Montmartre à la Une'', vigilantes structures qui s'attachent à promouvoir l'histoire et la popularité de leur quartier unique.

 

L'oeuvre naîtra sous leurs yeux bienveillants et passionnés, conséquence naturelle de la rencontre de Daniel Boulo gne avec le talent de Laurence Drocourt, dans la Galerie du Centre d'Alain Matarasso. Ainsi est né le projet des Îlluminaires de la Butte©.

 

 

 


Laurence Drocourt

 

Certes, il faut bien qu'on vive, il faut bien qu'on boive, il faut bien qu'on aime, il faut bien qu'on meure... Mais ''faire l'artiste, en plus” a quelque chose d'absurde !

Au-delà de ses propres contradictions, Laurence Drocourt fait de l'art et en parle parfois avec éloquence. Son univers artistique est une sorte d'auberge espagnole où cohabitent pêle-mêle de nombreux ingrédients : on repère un certain nombre de sujets et de visions obsédantes qui , par le jeu de renvois, de titres et d'associations d'idées, permettent de s'orienter. Dans ses séries de sculptures en toile métallique, les corps sont tendus avec une finesse, une précision dignes des plus belles figur es naturalistes, et une force vitale mystérieuse s'échappe de l'instant sculpté.

 

Elle invente une poésie visuelle, mécanique et sonore peuplée de têtes de prima tes qui ondulent, de bustes qui tremblent de désir de grandeur inassouvissable, de faunes amoureux de leur ombre, de lièvres qui n'en finissent pas de mourir en agitant le monde...

 

Une exposition de Laurence Drocourt est une ronde d'apories et d'oripeaux, d'illusions et de simulacres, de figures réversibles sans dedans et sans dehors, et qui vous laissent penser que, peut-être, rien n'existe, rien n'est vrai, tout est artifice. Du signifiant à l'insignifiant,

 

Laurence Drocourt nous entraîne dans le labyrinthe de l'interprétation et nous y plante souvent seul et en ''état de bug''.
Vous pouvez aussi décider de rester sur le seuil de son monde et v ous vous direz que c'est fin, raffiné, esthétique, étrange et sensuel, sensible et un peu cr uel.
Et, à vrai dire, ça marche aussi comme ça !

 

En 2006, Laurence Drocourt rencontre Aurélie Foutel: un nouveau duo d’artiste est né sous le nom de .... .
“Rose k@ & Rose k@”.

 

Leur univers poétique très proche, leur complicité et leur complémentarité tec hnique a déjà produit de belles fleurs...

 

 

©2007-2008 www.lesilluminairesdelabutte.com - Tous droits réservés - Crédits | Mentions légales